Aujourd'hui je m'en rends compte : il y a désormais sur mes tempes une majorité de cheveux blancs qui s'affirment fièrement comme s'ils avaient été élus à + de 50%, qui prennent le pouvoir et se pavanent. Du crin bien plus épais que mes derniers cheveux d'anges vestiges de 42 ans passés, vécus à fond, ou subis...ceux que dans tous les cas on ne rattrapent pas. Non mais non mais non mais non ! Je parle déjà comme un p'tit vieux là ! De phrases toutes faites en dictons baveux résignés et accompagnés d'une petite larme à l’œil qui squatte là, dans le coin, en suspend, sans jamais vraiment couler... ce temps qu'on ne rattrape pas ! Ressaisis toi merde !!!

Pour ma défense, ma circonstance atténuante est qu'en ce petit matin de septembre m'est revenu comme un coup de boule du temps cette photo de septembre, an 2002. Rentrée en maternelle de ma grande, première prunelle de mes yeux, ma Lilou. Aujourd'hui jai juste déposé la même le long de ces immenses grilles et bâtiments démesurés d'un Lycée de la République. Même boule dans la gorge, même cœur tout serré, même silence. Mais qui a appuyé sur pause ? Pas de gros bisous qui pètent, pas de gros calin, ça s'fait pas ! Du stress dans son regard malgré un sourire de façade et une porte de vieille voiture break familiale qui se ferme, qui claque. Une multitude de petits groupes d'ados, qui rient fort en cœur pour mieux faire la nique à la peur. Et ma Leïla s'en va se dissoudre dans le tas, alors que cet été encore elle dégueulait son stress du Lycée à venir, mais je m'en fous de grandir moi, j'étais bien en 3ème moi !

Que dire ? que répondre à part quelques mots de vieux, de nouvelles phrases toutes faites et inutiles, qui ne rassurent que moi, et encore. Des phrases toutes faites au milieu de mes propres souvenirs des années lycées...les potes, l'amour, la politique, la philo, la musique. Oui. Mais pas que. Pas que !

J'ai repris mon souffle quelques instants après à l'école primaire face à la joie de ma petite dernière cette fois, d'être dans la même classe que ses 3 meilleures copines...la joie multipliée par 4 à 10 ans, croyez moi, ça vous emporte un tympan !

Passer du bruit d'une cour de récré au silence d'une grande maison, c'est le lot du mois de septembre. Mais cette année c'est un peu comme si l'automne pointait son nez aussi dans ma vie et mes âges, comme si je prenais encore un peu plus conscience du fait que décidement non, on ne peut pas vivre qu'en été, jeunes et bronzés...Tout a une fin !

J'ai toujours détesté les rentrées et leur cortège de feuilles bientôt mortes, j'ai toujours détesté ces vieux cons qui me disaient que tout a une fin, qu'il fallait rentrer pour mieux repartir ! Je rentre si j'veux d'abord ! J'suis lib'...

Allez. Tout en guettant les textos de ma grande, il est grand temps je crois de passer mes tempes grisonnantes à la tondeuse chez ma coiffeuse préférée, puis je passerai à l'agence d'intérim, ou pas. Si j'veux ! j'suis lib ...

 

Lycée de la République...Lycée de la République...
Tag(s) : #BAFOUILLES, #PETITE HISTOIRE

Partager cet article

Repost 0