http://lebarlivres.files.wordpress.com/2011/10/sylvain-tesson2.pngSacha et Youri, les pêcheurs rencontrés chez Sergeï il y a 15 jours passent me visiter.  (...) La vodka descend dans le ventre. L'esprit flotte, le corps est contenté. On fume, l'air s'épaissit, les mots se raréfient. Le contact des hommes des bois russes me procure toujours un apaisement, né du sentiment d'avoir trouvé l'environnement humain où j'aurai voulu naïtre. Il est bon de n'avoir pas à alimenter une conversation. D'où vient la difficulté de la vie en société? de cet impératif de toujours trouver quelque chose à dire.

"Moins on parle et plus on vivra vieux", dit Youri. Je ne sais pourquoi mais je pense soudain à Jean-François Copé. Lui dire qu'il est en danger.

 

 


 

 

Le feu et moi fumons côte à côte. Volutes face au vieux lac. Au cours de ces journées là-haut, je me consacre à la pure jouissance d'être. Tirer sur son clope, seul, devant le lac; ne nuire à rien, ne subir le diktat de personne, ne désirer pas plus que ce que l'on éprouve et savoir que la nature ne nous rejette pas. Dans la vie il faut 3 ingrédients : du soleil, un belvédère, et dans les jambes le souvenir lactique de l'effort.

 

 


 

 

Le rendez-vous quotidien devant la page blanche du journal contraint à prêter meilleure attention aux événements de la journée…à mieux écouter, à penser plus fort, à regarder plus intensément. Il en va de la rédaction quotidienne comme d'un diner avec sa fiancée. Pour savoir quoi lui confier, le soir, le mieux est d'y réfléchir pendant la journée.

 

Dans les forets de Sibérie - Extraits

Tag(s) : #DES MOTS xx SEM. xx, #DES MOTS ET DES AUTRES

Partager cet article

Repost 0