Violence et politique

Les Black Blocs n’ont pas toujours recours à la force : ils sont pour le respect de la diversité des tactiques et jugent approprié que, selon les sensibilités et les logiques de chacun, certains manifestent pacifiquement et d’autres s’expriment par la force (des membres de Black Blocs refusent même d’avoir personnellement recours à la force et se regroupent, par exemple, au sein des groupes d’affinité d’infirmiers volontaires ). Ils ne sont pas les seuls à avoir parfois recours à la force. Les manifestations « antimondialisation » comptent ainsi un très grand nombre de groupes d’affinité et d’individus sans aucune affiliation qui ont recours à la force mais ne sont pas vêtus de noir et ne sont donc pas, techniquement parlant, des Black Blocs. Des Blocs Rouges composés de militants marxistes-léninistes peuvent eux aussi lancer des actions directes violentes. Les Black Blocs ont toutefois ceci de particulier que plusieurs de leurs membres produisent et diffusent – surtout par Internet – un discours justifiant leur recours à la force. Pour nombre de participants aux Black Blocs, la décision d’avoir recours à la force s’inscrit dans une réflexion politique qui s’inspire d’expériences passées . Un participant à plusieurs Black Blocs précise ainsi qu’on retrouve dans les Black Blocs des militants « de longue date [qui] sont en quelque sorte désillusionnés car ils sont arrivés à la conclusion que les moyens pacifistes sont trop limités et qu’ils font le jeu du pouvoir. Ils décident alors d’utiliser la violence pour ne plus être victime ».

Les justifications peuvent être multiples et relèvent à la fois de la sociopsychologie, de l’économie et de la politique. D’un point de vue économique et politique, l’action directe violente est perçue comme un moyen efficace et simple de critiquer le capitalisme et l’État libéral illégitimes car fonctionnant sur des modes autoritaires et hiérarchiques et eux mêmes violents. La critique s’exprime directement puisque le système économique et politique illégitime s’incarne dans la cible des frappes (des McDonald’s, des banques, le siège du Fonds monétaire international ou le périmètre de sécurité qui protège le Sommet du G8). La critique s’exprime aussi de façon indirecte, puisque l’action est couverte et discutée dans les médias, ce qui permet de diffuser dans le champ politique une critique radicale du capitalisme et de l’État libéral.

L’affrontement avec les policiers se justifie parce que ceux-ci protègent des institutions illégitimes et incarnent la violence de l’État, mais aussi parce que le rapport de force que permet de créer une manifestation en général et un Black Bloc en particulier offre l’opportunité d’une vengeance qui fonctionne comme un exutoire : « Je viens de la banlieue et les flics font ce qu’ils veulent toute l’année et ça passe sous silence », expliquera un jeune adulte d’un quartier défavorisé de Montréal ayant participé aux affrontements contre les policiers en marge du Sommet des Amériques à Québec (avril 2001). Il précise que « frapper un flic, ce n’est pas de la violence, c’est de la vengeance ». Cette confession très dure révèle un monde d’injustice et un besoin de réparation de la part des victimes habituelles de la brutalité policière. On entre ici dans le domaine des justifications à caractère sociopsychologique : le tumulte de l’action directe provoque une sorte de jouissance. Psychologique, cette jouissance est aussi politique : « je crois que c’est une manifestation de frustration », dira un autre participant à plusieurs Black Blocs au sujet de la violence, avant d’ajouter que c’est « un défoulement de la part de gens qui ont compris qu’ils ont des intérêts contradictoires de ceux des institutions qu’ils attaquent ». Des membres d’un des groupes d’affinité du Black Bloc de Gênes pBB1 : voir note infra n° 10.récisent quant à eux que c’est parce que « nous vivons dans un monde monotone et effrayant […] que le détruire se doit d’être jouissif ». Cette violence, festive pour autant qu’elle soit politique, s’insère dans un imaginaire en phase avec des films comme La Haine et Ma 6-T va crackquer et des chansons de Bérurier Noir, groupe anarcho-punk français des années quatre-vingt particulièrement prisé par les participants des Black Blocs.

Les Black Blocs attirent bien sûr des lots d’individus qui ne pensent leur engagement politique qu’en termes de violence, de manifestations et d’organisation de manifestations. D’autres considèrent toutefois qu’il ne faut pas croire que « la manif est un truc politique suprême, ni que la casse signifie nécessairement être radical », se désolant même qu’il y une vision « dogmatique qui considère que la violence est la seule et unique moyen de mener la lutte ». Pour ceux-là, la manifestation et l’émeute rituelle ne sont pas un prélude au grand soir , mais plutôt des micro-révolutions qui permettent de libérer l’espace (la rue) et le temps (quelques heures) nécessaires pour vivre une expérience politique forte en dehors des normes établies par l’État et le capitalisme. « Je rêve d’un monde sans violence », dira un participant à plusieurs Black Blocs, « mais le monde dans lequel je vis actuellement est violent et […] je considère donc qu’il est légitime pour moi d’utiliser la force pour ne pas laisser le monopole de la violence à l’État ». L’action directe doit permettre de sortir d’un rôle de victime passive, changer la façon de penser le rapport à la ville, à la propriété et à la politique, mais l’engagement ne doit pas se limiter à la participation ponctuelle à des manifestations et c’est pour cela que plusieurs participants aux Black Blocs poursuivent un travail militant au quotidien.

Tag(s) : #Fouilli LIBERTAIRE

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :