Je suis tombé sur ce reportage sur la chaîne LCP, scotché à l'écran face à ces différents témoignages et les paroles du psychiatre Christian Gay. Les émissions d'une telle qualité sur le trouble bipolaire sont rares et il est pour moi toujours très émouvant de les suivre. C'est un petit peu comme une piqûre de rappel de ces instants de "OUF !" lors de la pose du diagnostic mêlés d'un sentiment de partager quelque chose puisque j'ai cette impression de m'entendre souvent parler tout au long de ces 50 mn d'émission. Je me reconnais en effet tout en partie dans chacun des témoignages, ...chez ce photographe, cette ancienne graphiste,...concernant les nombreuses situations de vie sociale, les moments et éléments déclencheurs, le rapport au travail, ...et le reste. Je pense que l'acceptation de la maladie est un processus qui passe aussi par ce genre d'émission de témoignages mis en lumière.

Malgré tout, passé la positivité ressentie lors du premier visionnage, il m'est ensuite apparu évident que ces témoignages sincères et lucides ne pouvaient parler de façon si directe et frappante qu'aux malades eux-même. J'encourage quand même celui qui souhaite en savoir un peu plus de privilégier ce reportage à bien d'autres...même s'il a été réalisé par un (Alain) Charlot ! ;o)

 

"Dans la peau d'un bipolaire : de l'ombre à la lumière" réalisé par Alain Charlot.

Il y a je pense plusieurs manière de traduire ce titre de reportage. Personnellement, il me parle car je suis toujours resté dans cette logique de ne pas rester dans l'ombre c'est à dire d'en parler le plus naturellement possible pour expliquer, pour informer à mon échelle, et éviter ainsi certains propos et aberrations de comptoir sur le sujet. Exemples vécus : - Ha ben alors moi aussi alors chui bipolaire !!  - Haoué, c'est à la mode en ce moment ça ! - Ca me saoule que tu sois lunatique putain ! Nous ne sommes pourtant pas responsables de la façon dont les gens  comprennent et acceptent la maladie, si tenté qu'ils veuillent ou soient capables de le faire. Le malade n'échappe pourtant pas à cette culpabilité là non plus, puisqu'il regarde à travers le prisme de la maladie et s'accuse de tout...

 

- Le maniaque est impitoyable. C'est vraiment un signe très caractéristique. Très dur, très cassant, voir le mépris... alors que le déprimé est pitoyable.

Christian GAY dans "De l'ombre à la lumière"

Le diagnostic de maniaco-dépression est d'autant plus apaisant qu'il est très difficile à poser, cela prend 10 ans (de souffrances) en moyenne pour passer ... de l'ombre à la lumière. De l'ombre à la lumière en mettant enfin un nom sur une maladie. On se sent un peu plus normal parce qu' évoluant désormais dans une anormalité connue, reconnue, et plus ou moins gérable...le mal n'est plus  une fatalité, il s'explique ...et on va s'occuper de nous !

Pouvoir expliquer le pourquoi, le comment, et ce qui en découle socialement sur ce que nous sommes et avons été avec les autres; accepter notre histoire faites de traumatismes et de cicatrices à vif enfin admises. Ce sont autant de raisons de se sentir tellement soulagé par ce diagnostic posé. Vient ensuite l'acceptation. Ou pas.

Apprendre à vivre avec, apprivoiser la maladie tout en continuant d'avancer sont des processus longs qui s'étalent sur des années, voilà quelque chose que je sais désormais. Je n'en suis toujours pas là, même s'il m'arrive parfois, lors des moments de moindre souffrance, de reconnaitre ma différence comme une réelle force...

C'est au monde du travail que le bipolaire la plupart du temps se heurte avec fracas...certains trouvent une solution, d'autres pas.

Alain Charlot "De l'ombre à la lumière"

Les seuls points communs que j'ai trouvé chez TOUS les patients touchés par un trouble bipolaire : l'hypersensibilité, l'affectivité, l'originalité, la créativité, l'authenticité, la spontanéité et la générosité. Tous.

Christian GAY dans "De l'ombre à la lumière"

La méditation...un traitement à l'importance croissante.

Prendre soin de soi on ne sait pas ce que c'est, on nous a jamais appris ça à l'école. Prendre soin de soi ce n'est pas ne pas simplement ne pas boire d'alcool ou ne pas fumer, c'est autre chose, c'est déjà être bienveillant par rapport à soi-même. Aujourd’hui on insiste beaucoup sur cette notion d'être son meilleur ami...

Christian GAY dans "De l'ombre à la lumière"

Je suis heureux d'être stabilisé désormais...l'enfer durant 8 ans pour trouver le bon régulateur mais aujourd'hui j'ai une vie normale. Bien sûr les projets délirants, les envolées d'avant, les hauts me manquent...

Christian GAY : - Les seuls points communs (exacerbés) que j'ai trouvé chez TOUS les patients touchés par un trouble bipolaire :

L'hypersensibilité ... désigne une sensibilité plus haute que la moyenne, provisoirement ou durablement, pouvant être vécue avec difficulté par la personne elle-même, ou perçue comme "exagérée" voire "extrême" par l'entourage. Les caractéristiques de cet ensemble découlent d'une plus forte réactivité à une même stimulation, ce qui a des aspects positifs – Jung parle de « caractère enrichissant » – et des aspects négatifs, comme par exemple une sensibilité accrue à la phobie, à la peur panique...aux conséquences parfois destructrices.

L'affectivitéEnsemble des sentiments et des émotions, et la faculté d'éprouver. Ensemble des sentiments, par opposition à ce qui relève du raisonnement. Ensemble des réactions psychiques et sensibles de l'individu face au monde extérieur. Une personne atteinte de la maladie affective bipolaire vit ses émotions avec une intensité démesurée et elle a parfois du mal à les maîtriser. Par exemple, la personne peut vivre les événements de sa vie quotidienne avec une profonde tristesse ou un sentiment de bonheur extrême.

L'originalité : Caractère de ce qui est original, nouveau, singulier, personnel. Caractère bizarre, singulier de quelqu'un, de son comportement ; excentricité. Le terme d'originalité est souvent appliqué en complément de la créativité de l'artiste, de l'écrivain ou du penseur.

La créativité : Les individus atteints de Trouble Bipolaire 2 traversent des périodes d'hypomanie au cours desquelles la fuite d'idées, des processus de réflexion plus rapides, une capacité à engranger plus d'informations, une perception accrue des stimuli visuels, auditifs et somatiques.peuvent être convertis en art, poésie ou design.

L'authenticité : est la qualité de ce qui est authentique, vrai, pur. En philosophie, c'est une vertu par laquelle un individu exprime avec sincérité et engagement ce qu'il est profondément. L'authenticité chez le bipolaire passe toujours par le dénuement total de la personne, ayant le courage d'enlever son masque.

La spontanéité : Trait de personnalité qui évoque l'autonomie, la franchise et l'enthousiasme dans tout ce qui est entrepris sans être réfléchi, calculé. Être doué de spontanéité, c'est être la source originelle d'actions ou de manifestations. C'est être libre dans l'action, en toute autonomie, indépendamment d'une autorité antérieurement établie, d'autre part sans instigation de meneurs, sans concertation préalable.

La générosité : Le terme générosité peut renvoyer au sentiment d'altruisme, réalisation désintéressée d'actes ou de paroles en faveur d'autrui.

 

Tag(s) : #PETITE HISTOIRE, #Dans la peau d'un bipolaire, #de l'ombre à la lumière, #témoignage sur les troubles bipolaires, #christian gay, #alain charlot, #bipolarité trouble bipolaire, #maniaco-depression, #psycho education chez les bipolaires, #DES MOTS ET DES AUTRES

Partager cet article

Repost 0