- Prenez un casque et branchez-le dans la prise appropriée

- Y incorporer du Mercan Dede comme par exemple ce morceau, Istanbul.

- Fermez les yeux,

- Respirez en vous concentrant sur le trajet de l'air inspiré, air frais qui effleure vos narines et que vous suivez le long de votre gorge; puis celui de l'air expiré, plus chaud, plus humide qui prend le trajet inverse, jusqu'à friser lui aussi les faces internes de vos narines, et ainsi de suite.

Si le souffle nous est automatique, prendre conscience de son souffle nous rapproche de la conscience, celle de respirer, celle d'être...et nous éloigne un temps de notre mental, cet éternel ruminant. Aucune respiration n'est identique à la précédente ni à la suivante, c'est pourquoi le souffle nous connecte ainsi à l'instant présent. Pour peu que nous y prêtions attention.

- Continuez à respirer et à revenir dans cette pleine conscience de la respiration et de l'instant présent, en accueillant à nouveau la musique dès que vos pensées reviennent à la charge, dès que le "petit vélo" se remet en branle. Il n'est pas la réalité, il nous mène par le bout du nez, mais justement, c'est bien par le bout du nez que s'installe l'élément premier de la méditation : la respiration.

- Entrez dans la dimension finalement si peu expérimentée de la réalité, acceptez-en cette perception nouvelle, ne serait-ce qu'un instant, en continuant d'accueillir le son et de les mêler aux mouvements continus de votre souffle...

Les chrétiens connaissent bien le "Lève-toi et marche" de Jésus au paralytique. J'aime parfois imaginer qu'un jour, à un inquiet venu lui demander conseil, Bouddha adressa une parole symétrique : "Arrête-toi et respire."

Ch. André

Bouddha, Ali, même combat ! Dans le cas du Bouddhisme comme celui du Soufisme, le chemin vers Dieu est intérieur. Comprenez le chemin vers la paix, l'amour, la sérénité qui nous transforme et nous recentre vers l'essentiel, l'instant, en conscience. La méditation est le point commun aux deux philosophies pour s'approcher peu à peu de l'essentiel, que certains diront Dieu, d'autres Conscience...

C'est en écoutant la dernière émission de Manoukian sur France Inter, dont je conseille les Podcast, sources d'apprentissages incomparables, que j'ai découvert la relation étroite entre méditation et musique, poésie, danse, chez les musulmans soufistes, faisant de ce courant l'Islam dit "du coeur" basé sur le voyage intérieur, plus mystique et spirituel que dogmatique. Et ainsi tolérant, ouvert, égalitaire.

C'est durant cette émission que j'ai fais corps, ou plutôt souffle, avec le Mercan Dede qui désigne en turc un dignitaire soufi. Méditation, poésie, philosophie, quête de paix intérieure, musique et même transe ... trop de choses essentielles qui me parlent pour ne pas ressentir comme une évidence à les partager ici-même. Enfourchez la mobylette cosmique sur les routes de la musique (n°32) d' André Manoukian pour en apprendre bien davantage !

Il puise son inspiration musicale dans les enseignements du soufi Rumi. À la fin de ses études, il part au Canada et s’installe à Montréal et découvre dans les possibilités musicales de la musique techno qui a pour capacité de rassembler les gens dans l'euphorie de la transe. Il fonde alors en 1997 le Mercan Dede.

Wikipedia

Tag(s) : #PETITE HISTOIRE, #soufi, #soufisme, #méditation, #mercan dede, #yoga de l'islam

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :