Ne vous en déplaise...

C'est finalement la meilleure illustration que j'ai trouvé concernant les "évènements"...

"Nous sommes en guerre !" ... "nos morts"... "ces monstres" ...le premier ministre tombe dans un excès de langage qui, à son niveau, m'étonne...même si l'heure fût grave, j'ai été surpris par l'absence de mesure dans les propos de quelqu'un qui devrait pourtant être le premier à prendre du recul, à peser chaque mot, à analyser la situation de façon éclairée. Non, on se répand, à la sauce Sarko ! des faits ! rien que des faits ! On déborde à coup d'exclusivités, de détails croustillants, de témoignages larmoyants et de voyeurisme sur la voie publique !

Tout ces discours martiaux et cette gravité de façade me laissent perplexes. Et tout ça ne me donne pas moins la nausée que tous ces gens qui osent se dire "en résistance" parce qu'ils vont se faire des câlins en chantant du Lennon sur les terrasses des cafés !

Nos aïeux qui eux ont connu la guerre, la résistance doivent se retourner dans leur tombe ! Je suis choqué par les actes, bien entendu, le nombre de victimes, évidemment, le symbole, pour sûr mais non, je ne suis pas "profondément choqué", et non, je ne me sens pas le moins du monde être "résistant" parce que je vais continuer à vivre normalement et aller acheter mon steak à Carrefour ce samedi après midi ! Au regard de l'histoire j'ai même honte ! Je vais vivre normalement parce que justement, je ne suis pas dans un pays en guerre ! Parce qu'une guerre ce sont des villes rasées comme il s'en rase tellement encore dans le monde, comme il s'en est rasé en France en 45 ! Un résistant c'est François Verdier qu'on massacre après des semaines de torture, sur les chemins de la forêt de Bouconne, ce sont des voisins que l'on pend aux réverbères à Tulle en pleine débâcle allemande ! La guerre c'est Oradour et ses enfants brûlés vifs à l'heure du dessert...la guerre c'est l'horreur de la Syrie, c'est la corvée de bois de l'armée française en Algérie...c'est des fratries sur des monuments aux morts, des pelotons d'exécution, des charniers en Croatie...

Je n'arrête pas d'entendre dire qu'ils n'en ont pas dormi, les interviews de petites stars du showbiz ou sportives qui viennent vous expliquer qu'ils vont continuer à chanter, grattouiller sur leurs guitares ou jouer à la baballe pour quelques milliers de thunes parce qu'ils "résistent", attendant, le regard en complainte, l'assentiment et l'admiration béate de leurs congénères parce que..."même si c'est pas facile de vivre après ça, ils faut le faire !!! même pas peur ! on est les meilleurs, ils ne gagneront pas !". On dirait du Pagny, ça dégueule de bons sentiments, et ça se vautre dans le sensationnalisme sur les chaines d'infos...de sorte que le sentiment d'insécurité est attisé 24 sur 24, avec des gens scotchés à une info qui les rend complètement paranos et les éloignent de la réalité d'un évènement qui à l'échelle du monde, des guerres, des nombres de morts tous les jours dans les attentats et les guerres, ailleurs, loin, n'est pas si exceptionnel dans l'acte et le bilan. J'ai ce sentiment, coupable, de me réveiller dans une société de bisounours prête à brader sa liberté tant qu'elle peut rester le centre du monde ! Très français, encore plus parisien.

Suis-je normal ? Je ne me reconnais pas dans cette psychose ambiante, cette sur-réaction qui 8 jours après ne faiblit toujours pas, comme une mauvaise série TV. Même leurs foutus "amalgames" à ne pas faire ils se l'inventent ! Où ont-ils vu des amalgames ? une ou 2 agressions sur le territoire, demain peut être un coup de cartouche d'un chasseur éméché dans les carreaux d'une mosquée dans le fin fond du Tarn, en pleine nuit...que l'on montera en épingle, façon scénario de nouvelle guerre civile fantasmée !

Sous couvert d'unité on est à deux doigts de lyncher celui qui demain ne voudrait pas céder à cette panique en carton, irréfléchis, déraisonnable...à jeter l'anathème sur celui qui aurait la maladresse anti-patriotique de ne pas chanter la Marseillaise avant le match. Hier dans les tribunes de je ne sais quel match on a entendu s'élever la clameur d'un "DAESH ! DAESH ! on t'en-cu-le !"...de la compassion, de l'hommage, de la patrie en forme de match de foot et de l'assaut du GIGN en forme de jeu vidéo plus vrai que nature sur BFMerde ! Mais qui connait un seul couplet de l'hymne russe, en hommage aux plus de 200 morts déchiquetés en plein vol par un missile des mêmes terroristes !?

J'ai l'impression d'être en 14...avec ces français qui partaient la fleur au fusil, va-t'en guerre patriotes, bleu-blanc-rouge, amnésiques des horreurs de 1870, qui peu après vomissaient leurs tripes dans les tranchées ou étaient fusillés pour l'exemple, au nom de la même patrie !

Demain le couvre-feu, l'amour du flic, l'état d'urgence, avec le sourire...demain le slogan facile, la citation qui va bien, à relayer sur Facebook en bon acte résistant. Et demain le Qatar pour siffler le début de la coupe du monde, et le Roi d'Arabie Saoudite à l'Elysée pour des contrats...

Putain non, ne vous en déplaise, la guerre c'est pas chez nous !

 

Partager cet article

Repost 0