Ce roman/témoignage de Kevin Powers au cœur de l'horreur militaire irakienne nous plonge "réellement" dans la guerre, l'avant, et surtout l'après guerre. C'est dur, c'est brut et brûlant, mais dans les odeurs de l'horreur du combat se dégage des bribes et moments de poésie que j'ai aimé. On est avec eux, sous le feu, et dans l'attente du feu. On est avec lui dans l'insuportable calme de la campagne américaine après le feu et son impossible vie de vétéran. Ce Prix des lecteurs ne me laissera pas pour autant un souvenir impérissable comme tant d'autres livres dont je fais les louanges ici.

On voit déjà le bon film sur grand écran.

 Justement, face à notre écran de télévision, devant les exécutions balancées sur You-Tube ou les photos dans la presse, la réalité de la guerre nous échappe. L'odeur d'un corps mort, le bruit d'une détonation qui vous rend sourd en un claquement de doigt, la chaleur d'un immeuble en feu, la puissance d'un blast de bombe à fragmentation, nous pouvons les voir, quasi en direct au journal de 20h. Nous avons certes un angle de vue, des images, des paroles, des témoignages, mais la guerre, le combat, dans cette réalité de l'instant, de l'homme dans le feu, dont toute l'énergie et tous les sens sont mis au service d'un unique but, la survie, cela nous est à des années lumières.

C'est bien pour ça d'ailleurs que le 14 juillet quelques clampins arrivent à se réjouir en agitant des petits drapeaux tricolores au passage des troupes...parce que justement, la réalité horrifiante de la guerre leur et nous échappe complètement.

Je trouve donc ce passage du livre très intéressant car j'y ai trouvé un début de réponse sur ce que peux vivre l'homme dans ces moments de combats, pour avoir vécu justement une fois ce foutu quart de seconde...qui semble une éternité.

Un journaliste nous avait demandé ce que cela faisait de se battre...
" C'est comme un accident de voiture. Tu comprends? Cet instant entre le moment où tu sais ce qui va se passer et l'impact lui-même. On se sent assez impuissant à vrai dire. Tu vois, tu roules comme d'habitude, et tout à coup c'est là, devant toi, et tu n'as absolument aucun pouvoir. Et tu le sais. La mort, tu vois, ou autre chose, c'est ce qui t'attend. C'est un peu ça, comme dans ce quart de seconde dans un accident de voiture, sauf qu'ici ça peut carrément durer des jours".

Yellow Birds - Kevin Powers

L'auteur, à droite.

L'auteur, à droite.

Partager cet article

Repost 0